Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Yves

Bénévole depuis 4 ansAteliers d’Alphabétisation

« Les affres du bénévole :

jeudi, neuf heures. Dans une heure je dois être dans les locaux de Harpèges pour l’atelier socio-linguistique.

J’ai prévu de présenter les verbes pronominaux : se laver, se raser, s’habiller … bref, toutes les actions réflexes de la vie courante.

C’est un peu loin dans mon souvenir aussi je consulte un site spécialisé pour revoir les règles concernant le mode pronominal afin d’être prêt à répondre à d’éventuelles questions.

Et là, surprise !  Je m’aperçois que les règles d’accord n’ont rien d’évident.

Ainsi on dira « Ils se sont plu et séduits dès la première rencontre » ou encore « Elles se sont laissé laver, puis se sont laissées tomber »

Et, cerise sur le gâteau la phrase piège, qui concentre toutes les difficultés « Que d’hommes se sont craints (avec un s), déplu (sans s) détestés  (avec s), nui (sans s), haïs (avec s), succédé (sans s) »

Ah ! richesse de la langue française où toute règle n’existe que par les exceptions qu’elle engendre !

Demandez à un enfant de citer 7 mots se terminant par « ou » qui prennent un « s » au pluriel (j’ai bien dit un « s »), vous verrez… (et j’ai parlé des enfants pour ne vexer personne…).

Un peu abasourdi j’envisage de centrer mon intervention sur un autre sujet et puis je me dis que je ne suis pas là pour former des grammairiens mais pour aider les apprenants à se débrouiller dans le langage courant, le langage de tous les jours.  Alors faisant fi de toutes ces règles qui ne servent qu’à faire faire des fautes aux concurrents des concours d’orthographe (Bernard Pivot et autres consorts), je repars sur mon idée première : je leur parlerai des verbes pronominaux du quotidien (se laver, se raser, se maquiller, …) et uniquement au présent de l’indicatif ! »

Association reconnue d'utilité publique (RUP)
Siège Social
8 avenue du 11-Novembre06130 Grasse
Copyright ©  2021

Crédit photo : René Garbarino. 123 RF